Nouvelles règles pour les pensions de réversion : un changement pour 2019 ?

La polémique ne cesse d'agiter les retraités et futurs retraités : qu'en sera-t-il de la pension de réversion après la réforme des retraites ? Si rien d'officiel n'a encore été annoncé, le Haut Commissaire en charge de la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye, a laissé entrevoir un changement de règles concernant les pensions de réversion.

Bénéficiant à 4,4 millions de personnes, cette pension est aussi la seule pension de retraite d'un million de bénéficiaires. L'inquiétude quant à son avenir est donc au cœur des discussions actuelles au tour de la réforme retraite du gouvernement d'Emmanuel Macron.

Pour vous aider à y voir plus clair, notre résidence senior d'Hyères vous dévoile quelques axes possibles pour l'évolution de cette pension de réversion.

Pension de réversion : qu'est ce que c'est et qui ça concerne ?

Cette pension est un volet particulier de la retraite. Il s'agit en réalité d'une pension versée aux personnes dont l'époux / l'épouse est décédé(e). Les veufs / veuves bénéficient donc de cette pension de réversion qui leur permet de toucher une partie de la retraite de leur conjoint défunt.

Cette pension est soumise à des conditions d'âge et de ressources mais aussi des conditions plus précises telles que le mariage avec le défunt ou encore la cotisation du conjoint décédé à la CNAV.

Pour les conjoints décédés avant 2009, il est actuellement possible de prétendre à la pension de réversion à partir de 51 ans (âge du bénéficiaire de la pension).

Bon à savoir : 90% des pensions de réversion sont versées à des femmes

Une uniformisation de la pension de réversion

Après les multiples inquiétudes soulevées par les retraités à ce sujet, le Haut Commissaire en charge de la réforme des retraites à tenu à rassurer : la pension de réversion ne sera pas supprimée. Cependant, dans la même optique que la réforme des retraites prévue pour 2019, cette pension devrait subir des changements pour plus d'uniformisation.

Les modifications concerneraient donc potentiellement :

  • Les conditions d'âge minimum (harmonisation à 55 ans dès 2019 pour l'Agirc-Arcco par exemple)
  • Les conditions de ressources
  • La condition de non remariage prévue par certains régimes complémentaires
  • L'exclusivité de la pension réservée aux couples mariés (excluant aujourd'hui les partenaires de pacs et concubins)
  • Le montant de la réversion en fonction des régimes publics ou privés
Si pour l'heure rien n'est officiel, les pensions de réversion devraient effectivement bien faire partie de la réforme des retraites. A suivre donc prochainement pour les détails de ces changements.

Voir aussi :

X
UTILISATION DES COOKIES
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies permettant de proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.